Fer a souder : quel type choisir pour optimiser son utilisation

Deux typologies de fer à souder, offrant une température de travail de 400 à 450 °C, sont disponibles sur le marché. Ainsi, les fers à souder à gaz sont équipés d’un brûleur utilisant soit le butane, soit le propane. Leur puissance est adaptée pour les travaux de tôlerie et de zinguerie où les pièces à assembler sont de grandes masses. Il faut rappeler que la température et la puissance de chauffe fournie par le propane sont supérieures à celles du butane.

Retrouvés en électronique et en électricité, les fers à souder électriques sont pour la plupart munis de pannes interchangeables. Ils comprennent les fers électriques lents et les fers électriques rapides. Avec une puissance courante de 20 , 30 , 45 , 60 ou 70 watts, les modèles lents sont les plus courants. Quant aux modèles rapides ou instantanés, ils se présentent généralement sous la forme d’un pistolet équipé d’une lampe permettant d’éclairer la zone à souder. Leur fonctionnement se fait par pression sur une gâchette et leur puissance courante est de 100 watts.

A gaz ou électrique, le fer à braser s’utilise avec du métal d’apport qui n’est rien d’autre que de l’étain. Présenté sous forme de bobines de fil de diamètres différents, ce dernier peut parfois être additionné de plomb ou d’argent.

Quel type de pannes pour quel type de travail ?

En fonction du travail à effectuer, vous vous retrouverez face à des pannes de plusieurs formes. Ces dernières étant de différentes qualités, il est essentiel de savoir les détecter. Ainsi, en raison de leur tendance à s’user rapidement, les fers à souder munis d’une panne en cuivre sont à éviter. A la place, il est préférable de prendre celles fabriquées en cuivre électrolytique massif recouvert de fer, de nickel et de chrome.

Pour la présentation, il existe des pannes simples, en biseau, plates, en pointe, double, fine et bien d’autres modèles. Chacune d’elle étant adaptée à une utilisation donnée, les fers sous forme de courbes fines sont ceux qu’on retrouve en électronique. De leur côté, les pannes courbées servent à effectuer des soudures en électricité, de radio, ou de télévision. Les pannes droites quant à elles sont idéales pour les soudures courantes en électricité et ferblanterie.

La durée de vie de votre panne dépend de la manière dont vous l’entretenez. Ainsi, pendant les opérations de soudure, le surplus de métal d’apport s’enlève d’un coup sec avec un chiffon humide et non mouillé. Dans le cas où cette dernière sera oxydée, vous pourrez la décaper à froid avec une toile émeri, de la laine d’acier ou de la pierre ammoniacale. Il est aussi conseillé d’acheter une station de repos, d’éviter au maximum les soudures sans plomb.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *