Cancer du pancréas: depistage et espérance de vie

Le cancer du pancréas est un cancer des plus grave. Actuellement, le pourcentage de survie reste inférieur à 10 %. Néanmoins, les patients opérés suffisamment tôt ont eu une espérance de vie prolongée de 10 à 20 ans. Les symptômes en début de maladie sont malheureusement très discrets. Généralement, ils apparaissent de manière soudaine et virulente au moment où les lésions ont envahi presque la totalité de l’organisme. Comment le prévenir ? Comment le dépister ?

Qu’est ce que le cancer du pancrés ?

Le cancer du pancréas est une maladie rare qui touche généralement les hommes à partir de 50 ans. Elle survient suite à une prolifération de cellules malignes ou tumeurs au niveau des canaux qui transportent le suc pancréatique. Elle peut toucher une partie comme la totalité du pancréas. Ces grosseurs malignes peuvent se détacher et migrer vers d’autres organes voisins. Elles forment ainsi ce que l’on appelle les métastases. Généralement, les parties du pancréas les plus touchées sont : la tête dans la majorité des cas, le corps ou la queue du pancréas.

Les causes de la maladie restent encore méconnues. Il semble plus fréquent chez les patients diabétiques et sujets à une pancréatite chronique.

Les facteurs de la maladie sont davantage connus dont les principaux sont : le tabac, l’alcool, un régime riche en graisse et en protéines animales.

Quels sont ses symptômes ?

Malgré son caractère asymptomatique, en début de maladie, le cancer du pancréas est un cancer douloureux, présentant habituellement de types de symptômes ou troubles intenses et douloureux, à savoir :

  • Des signes de compressions
  • Des signes d’insuffisance sécrétoire

Ces symptômes virulents sont causés par la compression de la tumeur sur les organes voisins, tels que l’estomac, les voies biliaires, le duodénum, le plexus nerveux ou les vaisseaux.

Quant aux insuffisances sécrétoires, elles provoquent des diarrhées présentant des graisses dans les selles. Sans oublier que le pancréas endocrine atteint, engendre des diabètes.

Voici une vidéo expliquant pourquoi le cancer du pancréas est virulent

Quel diagnostic ?

Le cancer du pancréas est détecté tardivement, car l’organe est profond, non visible facilement et également non-palpable par l’examen clinique. Il va donc falloir attendre la survenue des symptômes pour établir un diagnostic des plus fiables. C’est pourquoi, ce dernier arrive trop souvent à un stade fort avancé de la maladie. Autre facteur non-négligeable, c’est un cancer très résistant à la chimiothérapie. D’où l’importance de faire un diagnostic suffisamment tôt et le plus approfondi pour administrer un traitement ou faire le choix de la chirurgie.

Concernant le diagnostic et le dépistage du cancer du pancréas, suivez également les dernières actualités de l’assocation Espoire

Quels sont les traitements possibles ?

Au cours de ces 5 dernières années, des progrès importants ont été réalisés en matière de nouvelles chimiothérapies. Plus spécifiquement des combinaisons de trois chimiothérapies différentes ont permis de doubler l’espérance de vie des patients les plus graves (présentant des métastases).

Également l’administration d’une nouvelle molécule nommée Complexe nab-Paclitaxel a permis d’accroître significativement les chances de survie

Quant à la chirurgie, elle consiste à enlever la partie du pancréas où se situe la tumeur. Tel est le cas pour la duodénopancréatectomie céphalique (DPC), une intervention sur la tête du pancréas ou pour la splénopancréatectomie gauche, une opération sur la queue du pancréas. Une partie d’organes voisins atteints (l’intestin, l’estomac, la vésicule biliaire ou la rate) peuvent aussi être retirés pendant l’intervention pour éviter ainsi que des cellules cancéreuses se développent sur ces organes.

À savoir également, que l’opération chirurgicale est une intervention lourde qui ne peut être faite faites systématiquement pour tous les patients présentant des tumeurs cancéreuses. Le développement de la maladie ainsi que l’état de santé général du malade sont des critères déterminant dans le choix d’un acte chirurgical.